Changement à l’hôtel de ville de Québec?

26 juillet 2017

Même si, selon un sondage interne commandé par Québec 21, 57 % des gens de Québec se montrent satisfaits de la situation actuelle et ne souhaitent pas de changement à l'hôtel de ville de Québec, le nouveau parti de Jean-François Gosselin mise sur le fait que 43 % des répondants souhaitent du changement pour déloger Régis Labeaume qui a pourtant été élu avec 59 % des suffrages en 2007, 79,7 % en 2009 et 75 % en 2013.

Quant à la chef de Démocratie Québec, Anne Guérette, qui, selon ce sondage, glisse en troisième position derrière Québec 21, elle affirme que « les gens de Québec veulent du changement, et on travaille pour ce changement-là depuis longtemps. C'est assez d'avoir un magistrat qui a trop de pouvoir à l'hôtel de ville ». De son côté, Équipe Labeaume n'a pas voulu commenter le sondage interne de Québec 21, se contentant de dire qu’« on ne commentera pas parce qu'on ne commente jamais les sondages ».

En ce qui me concerne, je suis plutôt d’avis que l’électorat de la capitale nationale jettera encore son dévolu sur Régis Labeaume qui, malgré son tempérament bouillant qui nous oblige à escalader souvent les montagnes russes, a le mérite de faire avancer des dossiers qui ont l’heur de plaire à une majorité des électeurs si on se fie au dernier sondage interne de Québec 21 qui favorise Régis Labeaume comme maire de Québec à 58 % contre 25 % pour Jean-François Gosselin et 17 % pour Anne Guérette….Alors, pour le changement, ce n’est pas pour demain la veille!

quebechebdo 26 juillet 2017
 

Violence conjugale: un fléau sociétal

25 juillet 2017

À chaque occasion où un drame conjugal causé par la violence se produit, particulièrement lorsque la victime est enceinte, j’éprouve un vif sentiment de colère envers non seulement l’agresseur mais aussi les proches, parents ou voisins, qui n’ont pas avisé les forces policières ou les organismes spécialisés en la matière lorsqu’ils ont été témoins d’une telle violence.

D’autant plus que l’homme de 37 ans qui a sauvagement poignardé sa conjointe au ventre et tué leur enfant à naître traînait un passé de violence conjugale et avait d’ailleurs dû être maîtrisé par au moins quatre policiers lors d’une présumée attaque sur la mère porteuse le mois dernier.

Devant un portrait aussi grotesque, est-il possible qu’aucun voisin n’ait entendu de cris anormaux provenant de l’appartement attenant? Est-il possible que les proches de la victime ne se soient pas rendus compte des difficultés conjugales avec lesquelles la conjointe de l’assaillant était aux prises?

Selon les données de l’Enquête sociale générale de 2009, près de 63 300 femmes, soit 11 % de toutes les femmes victimes de violence conjugale au pays, ont déclaré avoir été agressées physiquement ou psychologiquement par leur partenaire de vie au cours des cinq dernières années alors qu’elles étaient enceintes. Au Québec, un total de 15 131 femmes ont été victimes d’agressions par leur conjoint en 2015, selon le ministère de la Santé publique.

Des statistiques alarmantes, voire dramatiques, qui prouvent hors de toute doute l’ampleur du fléau causé par la violence conjugale, un fléau sociétal, à savoir « relatif à la société, d’un point de vue structurel, fonctionnel ou organisationnel » [lintern@ute]

vigile.net tribune libre 25 juillet 2017

Rendez-vous manqué avec l’histoire

25 juillet 2017

En refusant l’accès à la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) au balcon de l’hôtel de ville de Montréal le 24 juillet pour souligner le 50e anniversaire de la célèbre phrase du général Charles de Gaulle, le maire de Montréal argue que l’hôtel de ville est « neutre et apolitique ».

Or, en agissant de la sorte, il m’apparaît évident que Denis Coderre désire étouffer dans l’œuf toute forme de réminiscence faisant allusion au légendaire cri de libération du Québec du général de Gaulle : « Vive le Québec libre ! » Un geste carrément politique, s’il en est un.

Et pourtant, la phrase historique du président français demeure encore bien présente dans la mémoire collective des Québécoises et des Québécois, de quelque allégeance politique qu’ils soient. En ce sens, Denis Coderre fait preuve d’une vile mesquinerie envers un moment charnière du mouvement souverainiste du Québec.

M. Coderre, votre attitude est méprisante et démontre une étroitesse d’esprit inacceptable de la part du premier magistrat de la métropole…Honte à vous !

vigile.net tribune libre 25 juillet 2017
 

La patate chaude

23 juillet 2017

Depuis le début du conflit entre le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) et une partie de la population de Saint-Apollinaire relativement au projet de cimetière dans cette municipalité, le maire de l’endroit, Bernard Ouellet, « patine » allègrement dans toutes les directions.

Comme preuve à l’appui, il est intéressant de constater les réactions du maire devant l’éventualité du CCIQ de contester en cour les résultats du référendum lorsque, d’une part, il affirme qu’il faut « passer à autre chose et respecter les résultats du référendum » et d’autre part, que « c’est un dossier à régler et qu’il faut que ça avance » lorsqu’il réagit aux déclarations de Philippe Couillard concernant son intention d’intervenir dans le dossier.

En termes clairs, M. Ouellet semble avoir bien hâte que le premier ministre se saisisse de cette « patate chaude » avec laquelle il manifeste, à mon avis, l’attitude d’un maire qui a perdu le contrôle et qui espère qu’enfin le cimetière sera « enterré » !  

vigile.net tribune libre 21 juillet 2017
​quebechebdo 23 juillet 2017

Un Canada bilingue?

19 juillet 2017

Ce n’est pas la première fois que le français apparaît comme la langue « pauvre » du Canada, le dernier événement en liste provenant de Universal Music Canada qui vient de sortir six CD exclusivement anglophones intitulés Canada 150: A Celebration of Music qui regroupent des chansons canadiennes de 1960 à nos jours. La seule artiste francophone, Céline Dion, interprète… My Heart Will Go On!

Dans son communiqué, Universal Music Canada souligne qu'elle veut « offrir ce cadeau pour que tous les amateurs de musique canadienne puissent célébrer ». Une gifle éhontée envers le « bilinguisme » canadian qui, encore une fois, projette l’image d’une utopie dont les racines anglophones sont profondément ancrées dans les us et coutumes de ce pays bilingue appelé le Canada!

quebechebdo 19 juillet 2017
 

Enterrement d’un cimetière

18 juillet 2017

Entretenir un discours haineux contre l’islam est une chose, empêcher le projet de cimetière musulman dans Saint-Apollinaire en est une autre. À cet effet, 49 riverains potentiels du cimetière dans cette municipalité de 6000 habitants ont procuré un « enterrement de première classe » au projet, 19 votant contre, 16 pour.

À mes yeux, il y a quelque chose de « bizarre » dans le fait qu’on empêche une communauté quelconque, qu’elle soit musulmane ou autre, d’enterrer ses morts sur un terrain légalement acquis sous le simple prétexte qu’elle soit musulmane. En effet, comment un lieu réservé à des morts et à qui on souhaite qu’ils reposent en paix constitue-t-il un danger public quelconque?

Le gouvernement libéral de Philippe Couillard a fait adopter en juin le projet de loi 122, qui accorde plus de pouvoirs aux élus municipaux — et qui permettra notamment aux municipalités d'être exemptées de l'obligation de tenir ces référendums si elles se dotent d'une «politique de participation publique». Toutefois, ce futur cadre de «politique de participation publique» n'est toutefois pas encore connu.

Or, des leaders de la communauté musulmane de Québec veulent maintenant demander aux élus d'invoquer les dispositions de la nouvelle loi adoptée le 15 juin et de ramener le projet au conseil municipal aussitôt que le cadre de cette politique soit défini par Québec…Une saga qui risque de rebondir!

quebechebdo 18 juillet 2017
​Le Devoir 21 juillet  "L'enterrement de première classe d'un cimetière"
vigile.net tribune libre 21 juillet 2017
 

Trump: processus de destitution entamé

17 juillet 2017

Jamais un président n'a été destitué dans l'histoire américaine. Aux États-Unis, le Congrès a le pouvoir de destituer le président selon une procédure en deux temps. La Chambre des représentants vote une mise en accusation (impeachment), puis le Sénat juge le président et vote pour condamner (à une majorité des deux tiers) ou acquitter. En cas de condamnation, le président est automatiquement destitué.

C’est maintenant officiel, Brad Sherman, un élu démocrate de la Chambre des représentants des États-Unis, Brad Sherman, appuyé d’Al Green, a déposé une résolution visant à lancer une procédure de destitution du président républicain Donald J. Trump pour entrave à la justice. Le processus de destitution est maintenant entamé. La résolution de Brad Sherman et Al Green estime que l'entrave à la justice s'est produite dans les interventions du président Trump auprès de l'ancien directeur du FBI James Comey dans l'enquête sur l'un de ses proches conseillers, Michael Flynn.

Même s’il serait fort étonnant que Donald Trump soit destitué, il convient de noter que le simple fait qu’une résolution de destitution en bonne et due forme est maintenant sur la table et risque de créer des soubresauts incommodants dans l’entourage du président qui a horreur de la critique. Une histoire à suivre…

quebechebdo 17 juillet 2017
 

Julie Payette, gouverneure générale du Canada

17 juillet 2017

Titulaire d'un baccalauréat international du United World College of the Atlantic, au pays de Galles, au Royaume-Uni, d'un baccalauréat en génie électrique de l'Université McGill et d'une maîtrise en sciences appliquées (génie informatique) de l'Université de Toronto, détentrice d'une licence de pilote professionnel avec qualification sur hydravion, parfaitement bilingue en plus de converser en espagnol, en italien, en russe et en allemand, pianiste qui s'est notamment produite avec l'Orchestre symphonique de Montréal, le Piacere Vocale de Bâle, en Suisse, et avec le Tafelmusik Baroque Orchestra Choir à Toronto. Telles sont en bref quelques qualifications qui ornent le curriculum vitae de Julie Payette qui deviendra la 29ième gouverneure générale du Canada.

Or, comment une Québécoise aussi intelligente, issue du monde scientifique, détentrice de diplômes en génie électrique et informatique, la deuxième Canadienne à voyager dans l'espace et la première à visiter la Station spatiale internationale et à y travailler, peut-elle accepter un poste somme toute symbolique, à savoir représentante de la Reine au Canada?

J’avoue que je n’arrive pas à répondre à une telle question. Pourtant, à 53 ans, avec un CV aussi bien garni, Julie Payette aurait pu se trouver un poste important dans une foule de sphères d’activités et jouer un rôle majeur dans la société. J’espère sincèrement qu’elle saura apporter une réponse à ma question…Pour l’instant, je demeure pour le moins perplexe et déçu!

Le Soleil 17 juillet 2017

Québec, « magnifique » et « charmante »

12 juillet 2017

Tels sont les deux qualificatifs utilisés le plus fréquemment par les quelque 5 millions des lecteurs du réputé magazine Travel + Leisure qui, pour une deuxième année consécutive, classe la capitale nationale comme la meilleure destination au Canada.

Aux yeux du directeur de l’Office du tourisme de Québec, André Roy, «ce sont des vrais touristes qui viennent découvrir la destination et qui prennent le temps de remplir les sondages. Ça vaut des milliers et des milliers de dollars parce que les autres touristes se disent “ces gens-là, ils sont crédibles”».

Parmi les raisons énoncées par les touristes, on mentionne notamment la beauté du Vieux-Québec, de la Chute Montmorency, du Parc national de la Jacques-Cartier et du Château Frontenac. On indique même qu’il ne faut pas se surprendre d’y manger aussi bien qu’à Paris, et que la poutine à elle seule vaut la peine de faire le voyage.

En tant que citoyen natif de la ville de Québec, je me réjouis de cette réputation qui rejaillit sur la capitale nationale qui conserve depuis des décennies ses lettres de noblesse aux yeux des nombreux touristes qui envahissent ses sites tout au cours de l’année…Chapeau à Québec, ville « magnifique » et « charmante »!

quebechebdo 12 juillet 2017
Le Devoir 14 juillet 2017
 

Cliché dénigreur de Trudeau

11 juillet 2017

Dans une entrevue exclusive accordée au journal Bild, le plus important quotidien d’Allemagne, le premier ministre Justin Trudeau y est allé d’un cliché pour le moins dénigreur envers les Canadiens francophones en déclarant que « nous avons assez de sang français et latin en nous pour être moins organisés [que d’autres peuples] ».

À mes yeux, il y a quelque chose de mesquin dans cette assertion qui fait ressortir le côté anti-« french Canadian » de Justin Trudeau et qui fait paraître les Franco-Canadiens comme des girouettes incapables de « s’organiser », compte tenu de leur tempérament latin bouillant et, disons-le, chargé d’émotions qui, selon la version de Trudeau, les empêche de tenir un argumentaire rationnel. Une condescendance qui nous rappelle le style cavalier du paternel dans certaines de ses déclarations sur les Québécois.

Pourtant, si on porte attention à la façon « désorganisée » utilisée par le « liberal government » pour piloter certains dossiers, force est de constater que le « calme  anglophone » n’apporte pas toujours de résultats satisfaisants, ne serait-ce que la courbe de la mort qui rappelle la tragédie de Lac Mégantic et qui est toujours en attente de la construction d’une voie de contournement…quatre ans plus tard ! 

quebechebdo 11 juillet 2017
​cyberpresse.ca 12 juillet 2017