Notes biographiques

Henri Marineau, 2006

"Si je ne suis pas moi, qui le sera?"
Henry David Thoreau

"L'homme meurt une première fois à l'âge où il perd son enthousiasme."
Honoré de Balzac

"Si haut que l'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son cul."
Montaigne 

Né dans le quartier Limoilou de Québec en 1947, Henri Marineau est le troisième d’une famille de cinq enfants. Après ses études primaires, il entreprend son cours classique à l’Externat Classique Saint-Jean-Eudes entre 1959 et 1968. Pendant cette période, M. Marineau fait partie de la troupe de théâtre de l’école où il s’illustrera, entre autres, dans l’interprétation du rôle de Poil de Carotte dans la pièce de théâtre de Jules Renard, et dans le rôle de Tarzan aux côtés du comédien Raymond Bouchard dans la pièce intitulée "Zone" de Marcel Dubé. De plus, il fera partie des équipes intercollégiales de hockey et de football.

Il s’inscrit par la suite en linguistique à l’Université Laval où il obtient son baccalauréat et son diplôme de l’École Normale Supérieure en 1972. Cette année-là, il entre au Collège des Jésuites de Québec à titre de professeur de français et participe activement à la mise sur pied du Collège Saint-Charles-Garnier en 1984. Depuis lors, en plus de ses charges d’enseignement, M. Marineau occupe divers postes de responsabilités au sein de l’équipe du Collège Saint-Charles-Garnier, entre autres, ceux de responsable des élèves de troisième secondaire, de directeur des Services pédagogiques et de Directeur général. Après une carrière de trente et un ans dans le monde de l’éducation, M. Marineau prend sa retraite en juin 2003.

"Avec ton départ, le Collège perd un dinosaure, mais la littérature québécoise gagne un auteur. Ainsi le maître qui a enseigné pendant tant d'années prouvera à tous ses anciens élèves qu'il savait de quoi il parlait quand il tentait de les initier à tous les genres littéraires."
Extrait de l'hommage rendu à Henri Marineau lors de sa prise de retraite.

"On est ici pour souligner le début de ta retraite qui suit le cours d'un long cheminement professionnel et, par le fait même, personnel…Je crois que vous serez d'accord avec moi pour dire que mon père a beaucoup donné à sa profession qui fut sa "maîtresse" la plus fidèle…D'ailleurs, selon ses propres dires, la raison pour laquelle il a exercé le plus beau métier du monde, c'est qu'il était près des jeunes…Je suis très fière de mon père, il a fait une belle carrière et je crois qu'il est un modèle pour plusieurs."
Extrait
Pascale Marineau
20 septembre 2003 

À partir de ce moment-là, Henri Marineau emprunte la route des écritures qui le conduira sur des chemins aussi variés que la poésie, le roman, le théâtre, le conte, la biographie, la satire, l'essai, la chronique, les réflexions et les pensées personnelles. En vous présentant ce site, l’auteur espère que ses écrits sauront vous rejoindre dans vos intérêts et susciter chez vous quelques commentaires.

 Poil de carotte, 1960Henri Marineau, 1967

Témoignages

Le mercredi 16 juin 1999

"Merci Henri,
Grâce à toi, j'ai vécu quatre années formidables qui influenceront ce que je suis et ce que je deviendrai. L'aura du directeur général a certes eu un impact sur ma vie, mais celle de l'homme aussi. Ainsi, j'ai découvert un être généreux et reconnaissant, soucieux de rendre une part de ce qu'on lui a offert, déterminé à bâtir, à concrétiser ses rêves d'éducateur. Je me souviendrai toujours du directeur, mais c'est l'homme qui m'aura le plus marquée. Merci!"

Marie-Karine Bédard
Ex-enseignante au Collège Saint-Charles-Garnier de Québec

Le mardi 20 mars 2007

"J'ai regardé ton site personnel avec curiosité puis…intérêt et fierté. Qui est Henri? Eh bien, voilà, tout y est. Une belle feuille de route, une présentation simple, équilibrée, joliment exprimée et qui, en somme, nous donne un avant-goût de tes lectures. Je n'ai qu'un commentaire…Bravo et longue route!"

Suzie M. Lyonnais 

Le lundi 30 juillet 2007

"Un jour, vous aviez mis la main sur quelques jeunes qui me menaient la vie dure et vous les aviez convoqués à votre bureau. J'avais alors décidé de tout laisser tomber, je ne voulais plus aller à l'école. Par la suite, je fus convoqué à mon tour à votre bureau. Vous avez fermé la porte et dit en me regardant droit dans les yeux: "Alors on veut tout laisser tomber…Eh bien, je vois qu'on préfère les solutions faciles!" Ces paroles m'ont glacé le sang. Calmement, vous m'avez fait comprendre qu'il y avait de belles choses dans la vie mais qu'il fallait me faire confiance et foncer…Il y a des gens qui nous marquent dans la vie et vous faites certainement partie des miens…Trente ans plus tard, j'ai toujours en mémoire ce moment que vous aviez pris la peine de me consacrer…Et il restera en moi pour encore bien des années!

Louis-Mario Pelletier
Élève du Collège des Jésuites de Québec en 1978

Le vendredi 6 novembre 2009

"J'ai eu l'opportunité de rencontrer hier un jeune retraité, toujours animé de la passion de l'enseignement. Un homme qui sait entretenir la flamme et persiste à réaliser sa mission de vie: contribuer au mieux-être de la société par l'écriture, le bénévolat et l'implication familiale. Un homme d'une grande générosité qui doit, à certaines heures, connaître des grands moments de retour sur l'investissement. Je demeure stupéfait de votre implication pour contribuer aux causes qui vous tiennent à coeur. C'est un privilège pour moi de pouvoir compter sur vous, sur vos talents et sur votre expérience de vie. Ma vie demeure très généreuse envers moi en me permettant d'entrer en relation avec des gens comme vous." 

Paul Delisle
Élève du Collège des Jésuites de Québec de 1973 à 1978

Le jeudi 3 juin 2010

"J'ai toujours sympathisé avec les professeurs qui aimaient leur métier…et tu faisais partie de cette confrérie."

Michel Roy
Ex-confrère de travail

Le mardi 8 juin 2010

"Après avoir visité ton site, je ne peux m'empêcher de te féliciter. Les commentaires que j'ai lus sont vraiment très élogieux et expriment ce que je pense. Tu es vraiment dans ton élément. Félicitations et continue ton bon travail!"

Jacques Roberge